End of Spip

Temps de lecture : 2 minutes

Fin de partie pour le CMS Spip. J'éprouve de plus en plus de difficulté à utiliser ce CMS.

Je n'arrive pas à lui donner un habillage qui me convienne et je n'ai pas envie de passer du temps à apprendre à en faire un. Au début je voulais écrire, je n'ai pas le temps d'apprendre à en faire un, mais je me rends compte que je me mentais...

Faire un squelette sous Spip prend du temps et nécessite des compétences que je n'ai qu'à l'état embryonnaire. L'investissement nécessaire pour une mise à niveau me paraît hasardeux et long.

Spip est devenu quelque chose que je ne maîtrise plus. Les plugins sont géniaux quand ils fonctionnent de manière correcte.

Là, j'en ai testé quelques uns qui ne rendent pas le service attendu : le dernier squelette (avec le bandeau bleu sur fond de mer) avait une barre de recherche qui ne fonctionnait pas.

Dans mes tests du jour, le plugin Page n'a pas mis à jour une table de la base de données de Spip (ajout d'un champ), ce qui fait qu'un squelette ne s'installait pas correctement. J'ai donc remis html5up Editorial, très beau mais pas adapté à mes besoins (manque les dates aux articles).
Enfin, j'ai voulu testé le plugin temps de lecture mais il ne s'insère pas dans le squelette par défaut malgré la présence de la balise adéquate (div.texte).

Des déconvenues qui se seraient sans doute résorbées avec du temps et beaucoup d'efforts.

Au fil du temps et de mon évolution, je trouve que le CMS aurait pu proposer le passage à mardown pour écrire, ne serait-ce que pour la gestion des niveaux de titre.

Un tel plugin existe : https://plugins.spip.net/markdown.html et la discussion autour de l'utilisation de ce langage de balisage est bien réel (https://contrib.spip.net/convertir-spip-en-markdown) mais le plugins est encore en phase de test et mes dernières expériences spipienne ne me donne pas envie de tester.

Je vais donc passer par une phase de transition : j'hésitais entre Pelican (qui va nécessiter un investissement en temps et sera sans doute une redite de Spip en terme d'expérience) ou WordPress fournit pas mon hébergeur. Même si j'ai envie de tenter l'aventure du site statique, WordPress est la solution retenue. J'ai déjà eu une expérience il y a quelques années qui m'avait fait revenir sous Spip, mais là je vais faire en sorte que non.

J'ai bien conscience que je vais perdre un certain niveau de confort dans un premier temps, le temps de trouver mes marques avec le nouveau CMS.

Je vais perdre le suivi des visiteurs accumulé depuis 2016. Je ne fais pas de publicité pour mon site et mon audience est confidentielle (moins de 750 visiteurs par mois), pas de quoi regretter la surveillance des visites 🙂

Conclusion

Un grand merci pour les équipe qui ont développé SPIP et l'on fait vivre durant toute ces années. C'est Spip qui m'a fait sortir de l'écriture de page web statiques en 2003 (un temps où il fallait tout mettre dans la page - contenant et contenu - et l'édition était chronophage).

Je l'ai utilisé de 2003 à 2008 avec bonheur et de 2016 à 2020 plus dans la douleur.

Avec une personne motivée et curieuse, il reste un formidable outil pour créer un site perso.